Actualités

Vidéo des années 60

Après avoir vu les photos de Jean de Roüalle, Hubert Colladant et leurs (...)

Chasses annulées jusqu’à la fin de saison

Le 16 mars 2020 Ci-dessous la demande de la Société de Vènerie de suspendre (...)

Saint Hubert 2019 : un siècle de vènerie pour le Pique Avant Nivernais

Le vendredi 25 octobre, à 20h30 en l’Abbatiale de la Charité sur Loire, un (...)

Trompes en Bertranges

L’année 2019 est encore une année riche en événements pour nos deux jeunes (...)

Visiteurs connectés : 1

83-84 : poème de Pierre Marc Malhet

O rage, ô désespoir, fondrière ennemie !
N’ai-je donc tant monté que pour cette infamie ?
Et ne fus-je vidé par des carnes étranges
Que pour aller chuter en petite Bertrange ?
Mon cor qu’avec respect tout l’Equipage admire,
Mon cor qui tant de fois a sonné sans faillir,
Tant de fois résonné tout au fond de ces bois
S’est cabossé si fort qu’il en gémit d’effroi.
O cruel souvenir d’une assiette affirmée !
Oeuvre de tant de jours en un jour effacée !
Sournoise cavité fatale à mon honneur,
Abîme rempli d’eau où tombe mon trotteur !
Faut-il voir triompher ce bien perfide trou
Et devenir honteux le séant dans la boue ?
Vents, soyez de mon corps à présent les sécheurs ;
Ma culotte rigole mais aussi les suiveurs !
Sur ma selle mouillée par cet affront insigne
Je repars aussitôt en voulant rester digne.
Et toi, de mes exploits, glorieux instrument,
Mais d’un corps tout humide inutile ornement,
Trompe, hier appréciée qui dans la circonstance
M’a servie de mat’las et non pas d’assurance,
Va, quitte désormais le dernier des veneurs,
Passe donc chez Picard, I’habile redresseur.

P.-M. MALHET

Répondre à cet article